Vous êtes ici :  » Jacquelin Charbonnel » customisation KDE

customisation KDE

Un exemple de customisation du look et de l’agencement de l’espace de travail KDE.

KDE est très paramètrable, voici un exemple élémentaire de ce que l’on peut faire. Le but est ici de donner une idée de la finesse et la richesse des possibilités de réglage de cet environnement graphique.

  1. pour commencer, un peu de soleil sur l’écran voir
  2. moins de bureau pour plus de nature voir
  3. utiles, quelques compteurs pour suivre l’activité du système... et la météo voir
  4. une barre d’outils escamotable, c’est pratique pour tout ce qui doit être accessible en 1 clic, mais pas forcément visible en permanence : le menu général, les lanceurs d’applis les plus utilisées, un navigateur de dossiers, les boutons de déconnexion, de veille et d’extinction voir
  5. je peux maintenant réagencer la barre d’outils d’origine, pour ne conserver que ce qui doit être visible en permanence : les tâches en cours, les bureaux virtuels. J’ajoute un bouton pour mettre en premier plan les plasmoïdes (pratique quand le bureau est chargé de fenêtres). Pour les tâches en cours, je ne conserve que les icônes. Je mets 2 groupes d’icônes de tâches : un, au centre, pour l’ensemble des tâches en cours, et un autre, à droite, pour les tâches du bureau virtuel actif seulement voir
  6. j’active maintenant 4 bureaux virtuels, et configure les 2 groupes de tâches en conséquence voir
  7. je verrouille les plamoïdes pour éviter de les déplacer par inadvertance, et je teste l’environnement : c’est zoli, ça me plait voir
  8. comme mes bureaux sont souvent remplis de fenêtres, je mets parfois du temps à retrouver la fenêtre active. Je vais donc utiliser un effet de bureau qui permet d’estomper les fenêtres inactives voir
  9. pour rendre les fenêtres inactives encore moins présentes, je vais ajouter un peu de transparence. Pour cela, je vais définir une règle qui va s’appliquer à toutes les fenêtres (sauf les docks) voir

Ce minuscule exemple illustre comment il est possible de paramètrer aussi bien le look que le comportement de l’espace de travail KDE. Il existe bien d’autres possibilités, parfois innovantes, parfois déroutantes [1].

Détails techniques sur les démos : KDE 4.10, sur Fedora 19. Les videos sont faites avec qt-recordMyDesktop.


[1] On peut par exemple forcer les fenêtres à s’enrouler lorsqu’elles perdent le focus, activer une fenêtre sans la mettre par dessus les autres, forcer une fenêtre à rester à une position donnée, avec des dimensions données, sur un bureau donné... Chaque agencement peut- être sauvegardé (sous forme d’une ’activité’), et on peut rapidement passer d’une activité à une autre.